Accueil > Actualités > Fonction territoriale : à Bordeaux décloisonner pour innover
Collectivités territorialesNouvelle Aquitaine

Fonction territoriale : à Bordeaux décloisonner pour innover

Comme l’Occitanie avec son Lab-O, la Nouvelle-Aquitaine possède depuis quelques mois son propre laboratoire d’innovation territoriale LaBase, conçu par et pour le service public. Déjà actif, celui-ci propose une quinzaine de projets pour une nouvelle conception des politiques publiques avec l’intention de moderniser les pratiques internes. Retour sur un laboratoire qui entend décloisonner les pratiques.

Un laboratoire en accord avec le PIA

Inauguré au milieu de l’année 2017, le premier laboratoire d’innovation publique territoriale de la Nouvelle-Aquitaine se trouve au cœur même des locaux du Conseil départemental de la Gironde. LaBase entre dans le cadre du programme « transition numérique de l’administration territoriale de l’État », lancé par le Commissariat Général à l’Investissement et validé par le comité de pilotage du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA). Le projet a été créé par le Secrétariat général pour les affaires régionales (SGAR) de Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux Métropole, le conseil départemental de la Gironde et la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du logement (DREAL) afin de donner une nouvelle impulsion à l’action publique. Leur envie : imaginer un espace de dialogue entre les principaux acteurs de la fonction publique territoriale et d’Etat. A Bordeaux, ces acteurs sont tous situés autour d’une même esplanade, l’occasion rêvée pour créer du lien.

Moderniser l’action publique

L’objectif de LaBase est d’apporter « un vent de modernité à l’action publique« , comme l’a annoncé Christophe Chausse, un membre du projet, dans un article de La Tribune : « On veut casser les tuyaux d’orgues de ce que constituent les ministères et les collectivités, rendre poreux le béton des bâtiments pour que les différentes parties prenantes s’interconnectent et travaillent ensemble« .

Selon le dossier de présentation de la préfecture, le laboratoire s’articule autour de trois missions :

  • « fédérer les innovateurs » : en tant que lieu d’échanges d’idées, LaBase doit accompagner « des projets portés par les agents publics des institutions partenaires » ;
  • « favoriser la collaboration entre administrations publiques » ;
  • « tester et expérimenter des méthodes et solutions innovantes » : le laboratoire doit co-construire et essayer des solutions « avant la mise en œuvre des politiques publiques ».

Ces projets sont étudiés au sein du laboratoire par des équipes pluridisciplinaires. Si le laboratoire est encore en phase « d’amorçage », comme le prévoit le PIA, la Caisse des Dépôts a cependant mis à disposition un fonds de financement de 250.000 euros pour le soutenir pendant son expérimentation sur un cycle de 18 mois, entamé depuis l’été 2017.

A l’issue de cette phase d’expérimentation, le laboratoire devra démontrer son utilité. En effet, il devra prouver qu’il aura permis de : « faciliter le travail sur des projets concrets », expérimenter des solutions à moindre coût « en vue d’essaimer sur le territoire en cas de succès« , « d’accompagner les innovateurs publics en Nouvelle Aquitaine en créant une communauté très active », « de faire monter en compétence les agents publics qui auront participé à l’activité du laboratoire » et « consolider une gouvernance inter-administrative de l’innovation publique sociale, écologique et participative ».

Une quinzaine de projets en cours, qui font intervenir les citoyens

LaBase souhaite s’ouvrir aux agents mais aussi aux citoyens qui sont concernés par les services publics. Julie Roturier du Conseil départemental de la Gironde, donne un exemple concret de cette vision : « Pour opérer la refonte du site www.gironde.fr, nous avons décidé de faire appel à des allocataires du RSA, cela nous a permis de mieux définir les profils d’usages. C’était aussi un travail d’acculturation, il a fallu entendre les besoins, savoir échanger et partager nos compétences. Cette relation de réciprocité, se placer au même niveau que l’usager en faisant un pas de côté en tant que professionnelle, m’a fait grandir. »

En tout, une quinzaine de projets sont en cours de réalisation par le laboratoire LaBase. Pour être validé, un projet doit être soutenu par au moins deux membres de l’équipe, qui compte 8 représentants des différentes institutions.

Concrètement…

Dans sa volonté de s’ouvrir aux citoyens, LaBase propose des activités gratuites et ouvertes à tous. Pour le mois d’avril, de nombreuses activités sont proposées au sein même du laboratoire :

  • Deux ateliers d’accompagnement de projets : « Passez de l’idée au projet ! », le mercredi 18 avril de 10h30 à 12h30 et « Accélérateurs de projets », le jeudi 19 avril de 10h30 à 12h30.
  • Deux ateliers pour une « montée en compétence » : le jeudi 12 avril de 9h30 à 12h30 et le mardi 17 avril de 10h30 à 12h.
  • 3 événements pour le « Réseau de l’innovation » : une chaire le mardi 3 avril de 12h à 14h, des « portes ouvertes » le lundi 16 avril en 14h et 17h et « le pitch du matin » le vendredi 20 avril de 8h30 à 10h.

De nombreuses régions s’engagent dans des démarches d’innovation afin de proposer un service public plus adapté. Un souffle nouveau s’introduit dans les fonctions publiques et tend à bouleverser les pratiques locales : différentes façons d’aborder le service aux citoyens ou aux collectivités, une démarche participative systématique ou encore un renouveau de communication entre les acteurs locaux.