Accueil > Actualités > Yvette Roudy : « J’ai vécu mon parcours comme un combat contre l’injustice »
Citoyenneté et mandat

Yvette Roudy : « J’ai vécu mon parcours comme un combat contre l’injustice »

Elueslocales.fr a rencontré Yvette Roudy, Ministre des droits des femmes de 1981 à 1985, sous le gouvernement de François Mitterand.
Elle nous livre un témoignage dynamique sur son parcours !

 

Elueslocales.fr : Vous déclariez il y a un an : « Quand les droits des femmes n’avancent pas, ils ne font pas du sur place, ils reculent ». Est-ce le constat que vous dressez de la situation actuelle ?

Y.R. : Je pense en effet que quand les droits des femmes n’avancent pas, ils reculent. Mais nous ne sommes pas dans cette configuration ; nous avons une ministre* des droits des femmes à part entière, ayant autorité sur l’ensemble du gouvernement. Elle fait du bon travail.

Elueslocales.fr : Que pensez-vous de la place des femmes en politique?

Y.R. : En ce moment la place des femmes en politique est insuffisante. Et malheureusement certaines femmes ne sont pas du tout, mais pas du tout, féministes. Cela freine les progrès et par conséquent la démocratie ; parce que les droits des femmes sont directement liés à la démocratie. Or, notre démocratie est largement inachevée.

Elueslocales.fr : Comment expliquez-vous les réticences des partis politiques à mettre en œuvre la parité ?

Y.R. : J’explique la réticence des partis à mettre en œuvre la parité par le fait que nous sommes imprégnés de culture machiste, que le machisme est directement lié à l’inculture et qu’il a commencé avec l’arrivée de l’homme sur terre. C’était il y a deux mille ans et plus. Le féminisme n’existe que depuis à peine deux siècles (je le date de la déclaration d’Olympe de Gouges). Dites-vous bien que pour un homme en possession d’un siège politique, une place pour une femme est une place en moins pour un homme. Il se sent menacé. Au XIXe siècle on parlait dans les syndicats de l’arrivée des femmes dans le monde du travail salarié comme une menace : « Elles vont nous prendre NOTRE travail ». Aujourd’hui ils clament « Elles vont nous prendre NOS sièges. »

Elueslocales.fr : Concernant la place des femmes en politique, comment peut-on atteindre l’égalité réelle si la loi ne suffit plus ?

Y.R. : Il faut des lois pour défendre le plus faible contre le plus fort. Ensuite, ensuite seulement, il faut agir pour modifier les mentalités. Par des campagnes d’information.

Elueslocales.fr : Comment fait-on évoluer « les pesanteurs sociales, culturelles, professionnelles » concrètement ?

Y.R. : Pour faire évoluer les pesanteurs sociales, il faut des lois d’abord et beaucoup, beaucoup, d’explications et de pédagogie.

Elueslocales.fr : Avez-vous le sentiment d’avoir été une pionnière, une avant-gardiste dans vos combats féministes ?

Y.R. : J’ignore si j’ai été une pionnière. Ce n’est pas à moi qu’il faut le demander. Mais j’ai beaucoup observé ce qui se faisait dans les pays scandinaves beaucoup plus en avance.

Elueslocales.fr : Comment avez-vous vécu votre parcours politique en tant que femme ?

Y.R. : J’ai vécu mon parcours politique comme un combat. Un combat contre l’injustice, ce qui inclut les injustices spécifiques qui frappent les femmes.

Elueslocales.fr : Merci pour votre témoignage !