Accueil > Actualités > Conseils pour la prise de parole en public en conseil privé ?
Citoyenneté et mandat

Conseils pour la prise de parole en public en conseil privé ?

“Je n’ai pas une forte voix et en conseil privé dès que j’essaie de prendre la parole on me coupe sans ménagement. Comment me faire entendre ?”

Merci pour cette question, qui reflète un problème que beaucoup rencontrent ! Les femmes sont plus souvent interrompues que les hommes, comme le montrent différentes études qui ont été menées sur le sujet. Bonne nouvelle : vous n’êtes donc pas seule !

Toutes les femmes rencontrent ce problème, aussi bien d’ailleurs dans leur vie professionnelle que dans leur vie privée, où vos amis peuvent aussi décider qu’ils n’ont pas besoin de vous pour conduire la conversation ! Heureusement, une fois le problème identifié, de nombreuses solutions s’offrent à vous, et vous pouvez même en profiter – pourquoi pas, pour rire un peu aux dépens de votre offenseur.

Solutions pour la prise de parole en public

 

La première solution consiste à tenir le terrain : ne pas vous arrêter de parler, voire hausser légèrement la voix, là où la personne qui vous a interrompue s’attendait sans doute à ce que vous vous arrêtiez. S’arrêter est la réaction naturelle il est vrai, mais si vous continuez comme si de rien était, vous verrez que tout le monde vous écoute jusqu’au bout. Les gens s’adapteront à votre décision ! Imposez votre agenda.

Cette option peut vous paraître un peu “masculine” – s’imposer à tout prix, aller au combat “de coqs”, jouer à qui parle le plus fort. Je vous le concède, mais je vous recommande quand même d’essayer cette solution, pour deux raisons : la première, c’est qu’à la pratique, elle pourrait ne pas vous paraître si masculine que cela ; et la seconde, c’est qu’aucun choix que vous faites ne doit être fait par défaut : même si vous n’utilisez jamais cette solution, il faut savoir la mettre en œuvre.

Savoir que vous avez cette corde, qui fonctionne, à votre arc, changera déjà votre vision de la situation et vous permettra de la voir d’une façon beaucoup plus amusante – qui a cru une seconde qu’il/elle allait vous empêcher de parler jusqu’au bout !

Une deuxième solution consiste à préparer le terrain : prendre la parole en expliquant que vous ne souhaitez pas être interrompue. Cela sera plus facile à faire si la personne qui vous interrompt est toujours la même, ou s’il s’agit d’un petit groupe de personnes. Là encore, il s’agit de vous imposer : “avant de prendre la parole sur ce sujet, je voudrais rappeler des règles de conversation et de débats entre nous qui me paraissent très importantes pour toutes et pour tous : je propose que nous nous astreignons collectivement à ne pas nous interrompre, cela nous permettra d’avoir un échange plus apaisé et d’écouter la totalité des idées des uns et des autres. Sur ce, mon opinion sur le thème de la réunion d’aujourd’hui est que…”

Troisième option, en plus amusante : “Je vais maintenant prendre la parole. Comme d’habitude, Pierre va m’interrompre pour revenir sur ses sujets, nous l’écouterons quelques instants pour lui faire plaisir et puis je reprendrai l’ordre du jour de notre réunion d’aujourd’hui”. Pour appuyer toutes ces solutions, je vous conseille d’appuyer votre prise de parole : parlez lentement ; prenez des silences, pesez vos mots.

En obligeant les autres à se concentrer pour vous suivre et – presque – à attendre ce que vous allez dire, vous donnez plus de valeur à votre parole et cela devrait vous aider à ré-interrompre à votre tour la personne qui vous a interrompue, pour reprendre la parole. Enfin, si vous êtes réticente à toutes ces solutions – que je vous conseille d’essayer dans tous les cas !, laissez-vous couper la parole, puis, une fois que celui ou celle qui vous a interrompu exprime son opinion, commencez tranquillement une conversation avec votre voisin/voisine. Par curiosité ou agacement, les gens se retourneront vers vous pour vous demander d’arrêter ou de quoi il est question ; c’est le moment d’expliquer que vous échangiez justement sur ce point crucial, qui n’a pas été traité jusqu’à présent, et qui concerne… . Et vous avez repris la parole !

Les solutions pour vous imposer ne manquent pas, souvenez-vous toujours que c’est vous qui avez le pouvoir, et que si vous le décidez, la conversation ne se terminera pas sans que vous ayez donné un point de vue achevé sur le sujet !