A Bras-sur-Meuse (55), les élus fédèrent le village grâce au numérique

Bras-sur-Meuse, à quelques encablures de Verdun, mise sur le numérique pour travailler en toute transparence avec ses élus et ses 734 habitants. Véritable colonne vertébrale de l’organisation communale, le cloud facilite aujourd’hui la gestion du bourg et l’information de chacun, sans vider les caisses de la collectivité.

Numériser pour optimiser

Depuis son élection en 2001, Julien Didry a peu à peu amené sa commune de la Meuse sur la voie du numérique. « Nous n’avons pas la fibre et nous l’avions encore moins quand nous avons commencé à mettre en place certains outils en 2002. Nous avons adapté nos usages à notre débit et à son évolution » précise le maire.
Aujourd’hui, élus et citoyens profitent d’un espace numérique sécurisé et accessible à distance pour consulter les documents utiles. « Nous voulions améliorer le service public, donner accès à l’information dans une logique d’optimisation, d’efficacité et de transparence. »

Avant un conseil municipal, les élus peuvent ainsi enrichir l’ordre de jour grâce à un Google doc. La version finale du fruit de ces échanges est ensuite adressée à la population par mail ou via les réseaux sociaux pour qu’elle puisse le commenter ou poser des questions. « Cette méthode collaborative permet aux élus de travailler pour la commune quand ils le veulent et où ils le veulent. »
Le jour du conseil municipal, les 13 élus de Bras-sur-Meuse se retrouvent autour de la table connectée imaginée pour eux. Avec ses sept écrans, elle permet aux membres du conseil de consulter tous les documents indispensables à la prise de décision.

Le conseil municipal de Bras-sur-Meuse est entièrement connecté

« Avant de mettre en place le cloud, nous devions imprimer les documents reçus, attendre que chacun le valide quand il avait le temps de passer. Ce qui demandait une semaine, ne prend plus que quelques heures désormais tout en évitant le gaspillage de papier. » Avec une majorité de fichiers reçus par voie numérique, il ne reste plus que quelques éléments à scanner afin que les élus puissent les consulter sur le cloud municipal. « Nous avons réduit les impressions de 90% et gagner en temps d’action tandis que le travail de la secrétaire de mairie s’en voit facilité. Elle peut se consacrer au conseil et à d’autres tâches avec plus de valeur ajoutée pour les citoyens » se réjouit le maire.

Facile à installer et à utiliser

Pour Julien Didry, la mise en place d’un tel système relève plus d’une volonté que d’une question de moyens. « La table connectée a coûté 2 000 euros pour s’équiper d’écrans tandis que pour bénéficier d’un cloud de 100 gigas, nous payons un peu plus de 100 euros par an. Le tout est techniquement très simple » insiste l’élu.

La commune a également investi, dès le début du processus, dans un photocopieur capable de scanner les documents. Du côté des élus, cette transition numérique s’est faite sans heurts. « Ils y ont vu leur intérêt et se sont appropriés les outils assez naturellement. Aujourd’hui, on échange avec un compte interne aux élus sur Whatsapp par exemple, on signe électroniquement et on valide par voie numérique.» Conscient qu’il fallait également accompagner les administrés dans cette démarche, le maire a rapidement mis en place des ateliers. « Pour utiliser ces outils, il faut acculturer les habitants et donc former les utilisateurs. C’était il y a dix ans déjà. Aujourd’hui, les personnes utilisent plus facilement ces outils. » Un pôle numérique multimédia de formations a ainsi vu le jour en ce sens.

Les habitants de Bras-sur-Meuse et plus largement ceux des environs en ont profité. Mieux armés face au numérique, les brasiliens profitent du cloud municipal pour consulter les délibérations, le PLU, les comptes-rendus et jusqu’à la déclaration d’indemnité du maire mis à leur disposition. Ils ont pu participer au grand débat avec un outil de consultation en ligne ou encore signaler les problèmes constatés dans la commune via une application. 80% d’entre eux ont également rejoint le groupe privé Facebook ouvert uniquement aux habitants.

« Entre les envois par mail, les réseaux sociaux, les notifications par sms, nous devons toucher plus de 90% de la population mais on ne peut s’adresser qu’à ceux qui veulent l’information que l’on met à leur disposition. » Entre Twitter, Instagram, Snapchat, Facebook ou encore le cloud….

A Bras-sur-Meuse, tout le monde peut avoir accès à tout grâce à la volonté et la fibre numérique d’un maire impliqué. « Je reconnais que c’est peut-être plus facile dans une petite commune où il n’y a pas de considération politique. Notre taille nous permet des procédures plus rapides. » Fort de son expérience, il a également créé un Fablab, un espace de co-working et ne compte pas s’arrêter sur sa lancée. Depuis 2001, Julien Didry constate l’amélioration des flux, de la rapidité des processus, une meilleure gestion de son mandat et une efficacité renforcée.

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

4 + 15 =