Récit de campagne : comment un de nos colistiers nous a trahi

Ce lundi, rendez-vous avec Yann, colisitier d’une liste dans une commune de 3500 habitants en Gironde. Lors de la dernière campagne électorale, une de ses coéquipière a trahi la liste sur laquelle il se présentait. Il nous explique.

Une place refusé, une colisitère énervée

Lors de la campagne, bien que nous avions une belle force de frappe et de nouvelles idées, la communication en interne était à améliorer. Parmi les problématiques liées, une des plus fortes a été l’ordre de la liste. Lorsque nous avons découvert le placement, nous avons aussi pris connaissance de quelques échanges houleux. Entre, notamment, la tête de liste et une élue qui briguait son 3ème mandat.

Michelle est élue depuis 18 ans, elle est très connue dans la commune mais provoque de nombreux avis parfois très négatifs. Ainsi, quand elle a demandé la 2nde place de la liste, notre chef de file a refusé. Les négociations ont duré plusieurs semaines et le « non » affirmatif s’est fait en octobre, alors que nous étions en pleine campagne et que nous n’avions pas encore communiqué publiquement nos choix stratégiques.

Mais Michelle est quand même partie. Elle n’a pas seulement quitté la liste, elle est partie dans la liste adverse, en 2nde position. En pleine campagne et avec, en main, toutes nos études, nos axes politiques et une connaissance excellente de l’équipe. Bref, une situation plus qu’inconfortable pour nous.

Une situation de crise à gérer

Face à son départ, nous avons dû nous réinventer. Une première leçon à retenir et surtout un évident souci de communication à gérer. Mais sur le terrain, il fallait faire face : expliquer aux futurs votants le pourquoi du départ de Michelle et surtout désamorcer les stress des autres colistiers.

Nous avons tous beaucoup appris : d’abord en communication, quelle ironie. Notre équipe qui vivait de si mauvais échanges et il a fallu accorder nos voix pour, ensuite, incarner le même message : online, sur nos réseaux sociaux, en face à face avec ceux qui nous posent des questions, par écrit, dans nos bulletins, flyers…

Et, bon gré, mal gré, notre perte nous a permis de restructurer l’équipe en misant sur la cohésion pour souder notre action après le départ d’une ex-collègue très influente. Les échanges ont été beaucoup plus vrais et nous avons fait le choix de toujours dire les choses.

Ce fût difficile dans un premier temps mais cela a lancé une nouvelle dynamique. Il fallait une action choc pour nous forcer à nous réinventer, et malgré nous, nous l’avons vécu. Cet épisode a été très forte pour moi et, même en dehors de mon mandat, j’apprends tous les jours de la confiance à accorder aux politiques. L’histoire continue…

 


Retrouvez la fiche « créer de la cohésion d’équipe au sein de la liste »
sur votre espace personnel !

Vous aussi, exprimez-vous !

Please enter your comment!
Veuillez renseigner votre nom ici

dix-neuf − treize =