Accueil > Actualités > 3 questions que se posent tous les nouveaux élus !
ActualitésMunicipales 2020Vie d'élu.e

3 questions que se posent tous les nouveaux élus !

Dans tout juste un mois se jouera le premier tour des élections municipales. Les dynamiques de campagnes sont déjà bien enclenchées et le succès s’annonce proche pour un grand nombre d’entre-vous.

Un succès qui va de pair avec les premières angoisses : serai-je à la hauteur de ce mandat ?

Pas de panique : il est normal d’avoir besoin d’un peu de temps pour prendre vos marques et pour vous accompagner au mieux. Ainsi, nous préparons Le Guide des Nouveaux Elus ainsi que le Guide de la Nouvelle Elue (réalisé dans le cadre du réseau EluesLocales).

Commençons déjà par désamorcer quelques premières inquiétudes courantes chez les nouveaux élus :

Par où commencer ? Ou l’angoisse de la page blanche.

Le 23 mars, vous allez passer du statut de candidat qui regorge d’idées, de projets et d’intentions pour améliorer la commune à celui d’élu.e.

Du jour au lendemain, vous allez passer de l’autre côté de la barrière.

S’il s’agit de votre tout premier mandat d’élu, il est possible que cette étape vous donner le vertige et l’angoisse de la page blanche.

Ne perdez pas de vue à ce moment-là que vous n’êtes pas seul, que vous faites partie d’une équipe qui vient d’être élu.e et que le travail collectif est une excellente entrée en matière pour ne pas se retrouver submergé.

Une fois élu, vous aurez accès à de nombreuses nouvelles informations et pourrez aller à la rencontre des agents de la commune en charge de votre délégation.

Faites une sorte de passation avec eux : prenez le temps de les écouter vous faire le récit des projets en cours et des difficultés en termes de ressources humaines et budgétaires auxquels ils sont potentiellement confrontés.

Cette première étape vous permettra à la fois de construire dès le début une relation de confiance avec les agents et d’avoir une vision plus précise des appuis que vous aurez à disposition pour mener à bien vos projets.

Qui sont mes interlocuteurs privilégiés à la mairie ?

Une mairie est un écosystème à part entière, plus la commune compte d’habitant.e.s plus vous aurez d’interlocuteurs.

Ne perdez pas de vue que quelque soit la taille de votre collectivité, il ne faut pas hésiter à vous appuyer sur les agents qui en font partie.

Voici une rapide typologie des profils d’interlocuteurs avec qui vous allez être amenés à échanger très régulièrement :

  1. Le ou la secrétaire de mairie :
    Dans les communes de moins de 3500 habitants, le secrétaire de mairie met en œuvre, sous l’autorité du maire, les politiques de l’équipe municipale. Il organise les services administratifs et techniques, élabore le budget. Accès sur concours de la fonction publique territoriale.
  2. Le ou la secrétaire des élu.e.s :
    Gestion de l’agenda, organisation des déplacements, élaboration et suivi des dossiers administratifs… Sa mission vise à faciliter le travail des élus sur le terrain mais également au sein de la collectivité.
  3. Le cabinet du maire :
    Il assiste et accompagne l’ensemble de l’équipe municipale dans l’exercice des délégations de ses membres. La mission du cabinet du Maire, consiste à accompagner le ou la Maire dans l’exercice de ses responsabilités, préparer ses décisions et suivre leur mise en oeuvre.
  4. Le ou la DGS : le/la DGS des communes de + de 2000 habitant.e.s est chargé sous l’autorité du maire de diriger l’ensemble des services de la commune et d’en coordonner l’organisation. Dans les communes de 10 000 habitant.e.s et plus, il est possible de nommer également des DGA (directeurs généraux adjoints pour le seconder).
  5. Les agents rattachés à votre délégation : en fonction de votre délégation, vous serez amenés à échanger avec les agents de la fonction publique territoriale qui coordonnent au quotidien les missions de service public qui y sont rattachés.

Comment assumer mes nouvelles fonctions d’élu.e en lien avec mon travail ?

Votre employeur n’a pas droit de regard sur votre engagement municipal. Toutefois, il convient de le rassurer, en toute transparence, sur le fait que la vie politique municipale n’empiétera pas sur votre travail quotidien.

L’important est de lui présenter de manière pédagogique vos droits d’exercice du mandat et le nombre d’heures auxquelles vous avez droit. Un dialogue en bonne intelligence vous permettra de dédramatiser le changement et de lui rappeler votre volonté de vous investir pleinement dans le cadre de votre travail.

Un certain nombre de garanties visant l’activité professionnelle permettent aux membres du conseil municipal de consacrer un certain temps au service de leur collectivité. En pratique, il s’agit d’autorisations d’absence et de crédits d’heures.

Les autorisations d’absence concernent :

  • Les séances plénières du conseil municipal
  • Les réunions de commissions instituées par délibération du conseil municipal
  • Les réunions des assemblées délibératives et bureaux des organismes où l’élu.e représente la commune (syndicats, communautés de communes, etc.)

Ces autorisations d’absence concernent les maires, les adjoint.es et les conseillers municipaux. L’employeur (public ou privé) est tenu de laisser à l’élu.e le temps nécessaire pour se rendre à la réunion, mais il n’est pas obligé de le payer pendant ces périodes. Ces périodes sont toutefois comptées pour la détermination de la durée des congés payés.

Le crédit d’heure est une obligation qu’a l’employeur d’accorder un certain nombre d’heures aux élus qui en font la demande, mais ce temps d’absence n’est pas rémunéré. Il permet à l’élu.e d’avoir le temps nécessaire pour se consacrer à la commune et à la préparation des réunions.

Le crédit d’heures concerne tous les maires et adjoint.es, quelle que soit la taille de la commune. Dans les communes de plus de 3 500 habitants, ce droit s’applique également aux conseillers municipaux.